Outils

La règle du reliquat non résolu

"Pour l'essentiel cette règle stipule que l'on ne doit jamais se fixer pour but de résoudre totalement et définitivement un problème, mais que l'on doit se borner à tenter de l'améliorer ou de l'atténuer, ainsi doit-on viser par exemple à ce que le patient souffre moins, parvienne à allonger un peu son temps de sommeil, ou bien, pour le cas où il semblerait destiné irrémédiablement à éprouver des malaises dans les ascenseurs, à ce que ce désagrément soit tolérable. Le gain consécutif de laisser un reliquat non résolu s'avère double: d'abord la conception du changement se trouve libérée de l'utopie du tout ou rien, qui ne conçoit que le succès total ou l'échec complet; ensuite, cela rend le patient capable de changer de lui-même, bien au-delà des limites prévues par le thérapeute. Le patient quitte alors le traitement avec une confiance accrue dans ses possibilités, et une dépendance bien moins grande à l'égard des béquilles de la thérapie.", Paul WATZLAWICK, in Le langage du changement.

Question thérapeutique

"Nous estimons que, pour une intervention délibérée dans les affaires humaines, l'approche la plus pragmatique, n'est pas la question du 'pourquoi', mais celle du 'quoi'. C'est-à-dire: qu'est-ce qui, dans ce qui se passe actuellement, fait persister le problème,et que peut-on faire ici-maintenant pour provoquer un changement?", P. Watzlawick, J. Weakland, R. Fisch, in Changements, paradoxes et psychothérapie.

Les 3 catégories de clients en Thérapie Brève

Un des apports de la TBOS (Thérapie Brève Orientée Solution) a été de repérer l'existence de trois types de patients (appelés « clients » en TBOS car considérés comme étant les principaux acteurs du changement):

  • Le Visiteur

Il ne vient pas consulter de son propre chef mais par obligation. Il vient en « touriste ». Il peut s’agir d’une injonction légale (liberté conditionnelle à condition de suivre une thérapie), d’un chantage (« si tu ne fais pas une thérapie, je te quitte »), où d’une décision prise par une personne d’autorité (parents qui forcent leurs enfants à consulter). Soit le visiteur n’a réellement pas de problèmes c’est-à-dire que la difficulté dont se plaint la personne référente n’est pas un problème pour lui, soit la personne est dans le déni.

  • Le Plaignant

Se présente en victime et se plaint de du comportement de quelqu’un d’autre ou d’une situation qu’il veut voir changer ou qui ne peut changer (le passé). En tout cas, la solution ne lui appartient pas. Il attend que l’autre change tout seul. Le plaignant se reconnaît parce qu’il est plus prêt à se plaindre qu’à changer, d'ailleurs il est prompt à refuser les conseils « Oui, mais... ». Il vient consulter pour que le thérapeute lui donne la « télécommande à changer les autres ».

  • L’Acheteur

Il est client pour le changement et actif dans la résolution de son problème. Il est conscient que la solution dépend de lui et que dans tout les cas on ne peut faire le bonheur des autres malgré eux. Comme on ne peut changer les autres, il est prêt à faire ce qu’il faut pour ne plus être dérangé par le problème même s’il résulte du comportement d’une autre personne.

 

 

L'art de la reformulation

L'art de la reformulation

 

Reformuler consiste à reprendre les paroles de notre interlocuteur et de les formuler à nouveau et non autrement. Contrairement à ce que beaucoup de personnes croient, il s'agit d'être le plus fidèle possible aux mots utilisés par le sujet et non paraphraser son discours avec d'autres mots et expressions. C'est un travail de reflet, comme un miroir, pas de traduction.

L’objectif de la reformulation est double : montrer à votre interlocuteur que vous l’écoutez et lui permettre d’approfondir et de faire évoluer sa pensée.

C'est également un bon moyen de renforcer l'alliance thérapeutique qui est néanmoins un préalable à l'efficacité de cet outil. En l'absence d'alliance avec le sujet, la reformulation aussi élégante soit-elle apparaîtra toujours intrusive et ressemblera davantage à de la thérapie sauvage qu'à un accompagnement en relation d'aide ou thérapeutique.

Il est important de préciser que l'objectif de la reformulation n'est pas de s'assurer que l'on a bien compris ou d'engager notre interlocuteur à nous donner des informations complémentaires sur sa problématique afin de mieux la comprendre. Ce qui est important, c'est que le sujet soit entendu dans sa plainte et se comprenne autrement, c'est-à-dire d'une manière moins limitante. La reformulation est donc au service du sujet et non de notre besoin de contrôler le processus thérapeutique. Il n'y a rien à contrôler, il n'y a qu'à suivre et guider.

Il existe plusieurs façons de reformuler qui sont autant de manières de faire preuve de flexibilité et qui rendent l'accompagnement fluide et donc conversationnel.

Remarques: Une bonne reformulation permet de pratiquer une écoute attentive, qui reflète le message de notre interlocuteur. Il est possible de refléter le langage non-verbal ainsi que les besoins et émotions implicites. On obtient alors l'écoute active qui consiste à dépasser la reformulation du message pour refléter la relation et écouter davantage la personne que ce qu'elle nous dit.

Lire la suite

Comment faire un feedback

Comment faire un feedback?

Qu'est-ce qu'un feedback?

Un feedback est une critique constructive adressée à une autre personne. Ce terme provient de la cybernétique et signifie littéralement "retour en arrière" (rétroaction). L'exemple typique du feedback est le thermostat. Si la température baisse, le thermostat déclenche la chaudière, si elle augmente, il va la stopper.

Le feedback consiste à faire un retour basé uniquement sur l’observation de faits. On utilise pour cela le ‘langage vidéo’, c'est-à-dire un langage descriptif comme si l’on commentait une vidéo. Par nature, le feedback est neutre de tout jugement (opinion) et de toute émotion (ressentis). Il s’appuie sur des éléments que nous avons perçus à l’aide de nos sens (VAKOG externe). Il permet de délivrer un message fort, de confronter le client ou de clarifier un point.

Trois manières de faire un feedback

  • Le sandwich "Compliment / Suggestion / Encouragement"

Le "sandwich" consiste à emballer sa critique sous forme de SUGGESTION (jambon) entre deux tranches de COMPLIMENTS (pain), sans oublier le beurre.

Lire la suite

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×